Annonce de parution : RELIEF 14.1, Écritures francophones du Maroc contemporain

Édité par Annelies Schulte Nordholt et Emmanuelle Radar

Le roman francophone marocain d’aujourd’hui semble se caractériser par son orientation sur les « questions qui fâchent », selon la belle expression d’Asma Lamrabet. Plutôt que « concertante », tenant sagement sa voix dans le concert culturel national, cette littérature demeure « déconcertante » : elle s’attache volontiers à des thèmes sensibles, longtemps restés tabous, comme la sexualité, les Années de plomb, la migration clandestine et de manière générale, les carences politico-sociales du Maroc contemporain. En même temps, les écrivains marocains d’aujourd’hui travaillent à un renouveau de l’imaginaire et des formes littéraires. C’est leur voix propre que ce dossier de RELIEF désire faire entendre. Myriam Alaoui, Mokhtar Chaoui, Youssouf Amine Elalamy, Fouad Laroui, Mohamed Nedali, Abdelhak Serhane et Abdellah Taïa : autant d’écrivains qui sont à l’avant-scène de la littérature marocaine d’aujourd’hui et dont les œuvres sont étudiées ici dans leur spécificité. En outre, ce numéro propose trois fictions inédites et un essai sociologique sur les défis de l’édition au Maroc.

 

TABLE DES MATIERES

Editorial
Annelies Schulte Nordholt, Introduction : Le roman d’expression française au Maroc : une littérature « déconcertante » ?

Fictions
Mohamed Nedali, Souad de Bab Ghemat 
Youssouf Amine Elalamy, Big le Grand (extrait)
Fouad Laroui, La Croisée des chemins

Essai
Kenza Sefrioui, Être éditeur au Maroc 

Études critiques
Joanne Brueton, Abdellah Taïa’s literary palimpsests
Hanane Raoui, Les identités queer dans L’amour est paradis de Mokhtar Chaoui
Edwige Crucifix, Donner de la voix : prostituées postcoloniales dans le roman marocain contemporain
Imane-Sara Zouini, Abdelhak Serhane, Les temps noirs : un métissage culturel et linguistique
Ieme van der Poel, Vivre avec des racines aériennes : voix de la diaspora judéo-marocaine 
Annelies Schulte Nordholt, « Parler ce n’est pas voir ». L’écriture polyphonique dans Les clandestins et C’est beau, la guerre de Youssouf Amine Elalamy
Florentin Chif-Moncousin, L’écriture de soi, une écriture de l’autre ? Penser la réconciliation à l’œuvre chez Abdellah Taïa
Cristina Vezzaro, L’utopisme postcolonial chez Fouad Laroui : La vieille dame du riad et Les tribulations du dernier Sijilmassi

Comptes rendus
Emmanuelle Radar, Bernadette Rey Mimoso-Ruiz (dir.), Frontières. Littératures francophones postcoloniales du XXe siècle
Emmanuelle Radar, Rabia Redouane (dir.), Autres plumes littéraires d’expression française au Maroc
Arnaud Genon, Jean-Pierre Boulé, Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri
Manet van Montfrans, Raoul Delemazure, Une vie dans les mots des autres. Le geste intertextuel dans l’œuvre de Georges Perec
Amirpasha Tavakkoli, Jacques Rancière, Le temps du paysage

A PROPOS DE RELIEF
RELIEF est une revue scientifique internationale évaluée par les pairs dans le domaine des littératures de langue française. RELIEF paraît deux fois par an. Les numéros sont organisés par thème, mais chaque numéro réserve un espace aux contributions diverses ainsi qu’aux comptes rendus et notes de lecturePour plus d’infos : www.revue-relief.org

Comments are closed.